Denis ZOTT : l'interview en 7 questions

Hello tout le monde !

Connaissez-vous l'auteur du livre que tout le monde voulait lire cet été ? Il s'appelle Denis ZOTT et il est l'auteur de Maudite (vous pouvez retrouver ma chronique ici) paru le 7 juin 2018 aux éditions Hugo Thriller . 

1 / Bonjour Denis, pouvez-vous vous présenter ? 

J'ai 52 ans, Alsacien de Strasbourg qui vit désormais dans le Var. J'exerce la profession de directeur de cabinet et de la communication à la mairie de Saint-Tropez, un emploi passionnant mais prenant. Le reste du temps, je le consacre notamment à l'écriture, une activité qui me dévore entre 15 et 20 heures par semaine...ce qui n'est pas assez à mon goût. 


2 / Avez-vous des rituels d'écriture ? (heure, objet, boisson,...) 

Oui, j'écris presque exclusivement dans les bars, le matin de 7h à 9h avant d'aller travailler, entre midi et deux et tous les samedis matins. Souvent, j'ai un casque sur la tête et j'écoute de la musique. 


3 / Qu'est-ce qui vous inspire ? D'où viennent vos idées ? 

Des faits divers, comme pour La chute du cafard, mon premier roman paru en avril 2016. J'avais été marqué par la tragédie d'une collégienne, victime de harcèlement, qui s'était défenestrée. Pour Maudite, je me suis inspiré de mon propre exemple de supporter de foot qui peut péter un boulon pendant un match. Pour le troisième dont l'écriture est en cours, j'ai vu une embuscade en parcourant la campagne dans un département du sud-ouest. 


4 / Maudite connaît un véritable succès ! Qu'est ce qui contribue à la réussite d'un livre selon vous ? 

Si je le savais... il n'y a pas de recette. Honnêtement, je ne m'attendais pas à de tels retours, à un tel engouement pour ce roman, écrit comme un one-shot, histoire de respirer après un premier roman de 600 pages, très dense et qui m'avait demandé un gros investissement. Il y a un an, je me demandais même si cette histoire pouvait intéresser un éditeur. Puis j'ai eu la chance d'être repéré, grâce à mon premier roman La chute du cafard (qui va d'ailleurs être réédité pour la deuxième fois à la rentrée) par un super professionnel, le patron de Hugo Thriller, Bertrand Pirel qui m'a aiguillé très justement pour améliorer encore ce texte. Mais j'y ai quand même passé 33 mois, avec un travail énorme sur l'écriture, réécrivant des chapitres, surtout les premiers entre 50 et 60 fois. 


5 / Lors de vos séances de dédicace, vous preniez beaucoup vos futurs lecteurs en photo. Est-ce pour mieux les retrouver si Maudite ne plaisait pas ? 

Ah, ah, je n'avais pas pensé à ça ! Non, j'aime bien mettre le lecteur en valeur et c'est aussi un moyen pour qu'il se souvienne de moi et pense éventuellement à me faire un retour de lecture sur Facebook ou Instagram. 


6 / Parlez-nous de Luce, vous la connaissez tellement mieux que nous. 

Ah, c'est une gamine qui est vraiment très mal tombée dans la vie. Une tragédie initiale, sa mère qui hurle devant la police "arrêtez-la, elle est maudite", un ange qui la tire de là pour la planquer chez un ancien hooligan, Tony... Un mec bonnard, Tony, sauf les soirs de match... Et c'est justement un soir de match que tout part en live... Un nouveau cauchemar pour Luce. Mais elle a des ressources incroyables, une terrible force intérieure. Et elle va en avoir sacrément besoin. 

7 / Pouvez-vous en 5 mots, donnez envie aux lecteurs de lire Maudite ? 

Explosif, comme la scène initiale

Infernal, comme le rythme

Rebondissant

Addictif

Coup de poing