Salvatore MINNI : l'interview en 7 questions

Hello tout le monde !

Aujourd'hui, je viens pour vous présenter un auteur Belge qui a un grand talent et qui commence à faire parler de lui en France !

Il s'agit de Salvatore MINNI : auteur de "Claustrations"  (disponible ici) et tout récemment de "Iniquité" (disponible ici, ou sur Amazon ici ou encore ici).

Après ma lecture de "Claustrations", j'ai donc été poser mes 7 questions à Salvatore MINNI.


1/ Dans quelle condition avez-vous écrit « Claustrations », un thriller sur « l'enfermement » ? Vous êtes-vous isolé vous même pour écrire ?

J'ai dû passer 6 mois enfermé dans ma cave avec le strict minimum pour survivre...

Non, je plaisante!

La rédaction de « Claustrations » a été un peu chaotique, je dois l'avouer.

J'écris le plus souvent dans mon bureau.

Mais il m'est arrivé d'écrire des chapitres de « Claustrations » durant mes heures de travail (j'ai quitté cet emploi depuis ;-) ), entre deux rendez-vous, parfois dans le métro.

Quand une idée m'assaille, je dois la noter, sinon... Ma mémoire est une véritable passoire!

Mais disons que mon endroit préféré reste mon bureau: un peu d'encens, une musique à peine audible et je plonge dans les méandres de mes histoires.

Pour répondre plus précisément à votre seconde question, je n'ai pas eu besoin de m'isoler du monde ou de m'enfermer. Je vivais une période de ma vie où je me sentais oppressé par les événements difficiles qu'elle m'avait réservés.

Je me sentais aussi « enfermé » que chacun de mes personnages. Je pense que rédiger ce roman m'a aidé à garder un équilibre sain dans ma tête. Quoique... (rires)


2 / De quoi ou de qui vous inspirez-vous pour écrire ?

Comme je l'ai dit précédemment, « Claustrations » a germé dans mon esprit à une époque où je me sentais oppressé par certains coups durs.

Le thème de l'enfermement s'est donc très vite imposé à moi. J'ai commencé par écrire l'histoire de Charles. Ce personnage a décidé de s'enfermer dans sa cave de son plein gré, par exemple.

D'ailleurs, le livre a été écrit dans l'ordre que vous l'avez lu. Les personnages de Charles et Rose, Clara, ensuite etc.

C'est dans cet ordre que les personnages se sont imposés à moi. Avec, à chaque fois, la même question « Ok, il a décidé de s'enfermer ou elle se retrouve enfermée, mais pourquoi? »

Quelques années auparavant, j'ai regardé un film des années 90 « Identity », ce film, peu connu, m'avait retourné à l'époque.

Disons que je lui ai emprunté quelques idées. Les personnages de ce film souffrent énormément...


3/ « Claustrations » est une deuxième version, retravaillée suite aux conseils avisés d'un maître du thriller français. Est-il difficile de reprendre et d'améliorer un livre qui a déjà été publié ?

C'était un fameux défi, je peux le dire! Moi qui ai toujours écrit « quand et comme ça me venait », j'ai dû m'asseoir face à mon texte et me disant « ok, il faut que tu changes ceci, que tu ajoutes des chapitres, etc. »

Quand mon éditeur m'a parlé de remaniement en vue d'une publication, j'ai immédiatement accepté, évidemment! Mais au fond de moi, je me suis dit « mais, je suis incapable d'écrire sur commande! » (rires)

Et vous savez quoi? Non seulement, j'y suis parvenu, mais en plus, j'ai adoré ça!


4/ Vous dites avoir toujours été attiré par l'écriture. Avez-vous eu un élément déclencheur dans votre enfance ?

J'ai en effet toujours aimé les rédactions, les dissertations. J'ai toujours pris du plaisir à manier les mots. À réfléchir à la tournure qui me permettra d'exprimer exactement ce que je pense ou ressens.

C'est d'ailleurs plus que naturellement que je me suis dirigé vers des études de traduction.

Entrer dans la tête d'un auteur, le comprendre, retranscrire dans ma langue ce qu'il a exprimé dans la sienne. Le tout dans un contexte culturel parfois très différent. Passionnant!

L'élément déclencheur se situe plutôt dans mon adolescence.

Il a suffit que je découvre deux auteurs: Amélie Nothomb et Dean Koontz.

Ce sont les deux premiers auteurs dont j'ai acheté les romans avec mon argent de poche quand j'avais 18 ans...

« Cosmétique de l'ennemi » et « l'Antre du tonnerre ».

Amélie Nothomb m'a bluffé par sa plume incisive et cette histoire incroyable!

Dean Koontz, lui, m'a fait frissonner comme si j'y étais!

Je leur dois une fière chandelle et j'espère qu'ils découvriront un jour mes romans... J'en serais vraiment honoré!


5/Que pensez-vous des chroniqueurs qui dévoilent la présence ou non de twist final ?

Je ne suis pas sûr de comprendre la question...

Ce que je pense des chroniqueurs qui dévoilent le twist final?

Je ne les aime pas trop! (rires)

Parfois, certains chroniqueurs en disent trop sur l'intrigue, ce qui gâche le plaisir des lecteurs potentiels et frustre énormément l'auteur.


Maintenant, j'écris des thrillers, donc, avec un twist final (parfois, un double twist, comme dans « Claustrations »), cela ne me dérange pas qu'un chroniqueur l'annonce dans sa chronique.

Cela me semble même normal, non?


6/ Sur quel thème portera votre prochain livre? Et avez-vous une date à nous communiquer ?

Le roman suivant aura pour thème principal le pouvoir de l'inconscient.

Saupoudré de mensonges, de meurtres et d'anticipation.

Une date? Mm, quelque part en 2019, je l'espère!


7/ Pouvez-vous, en 5 mots, donner envie aux lecteurs de découvrir « Claustrations » ?

Oppression, incertitude, folie, angoisse et isolement  


Merci à Salvatore MINNI d'avoir prit le temps de répondre à mes questions.

Chers lecteurs, je vous rappelle que vous pouvez retrouver ma chronique sur "Claustrations" ici, et que d'ici peu, je vous ferais mon petit retour sur "Iniquité".

Pour la page Facebook de l'auteur : c'est par :-)